samedi 22 août 2009

La grippe A aura-t-elle raison du marché public ?

A l'heure où s'achève l'été, les grosses chaleurs, le spectre de la pandémie grippale s'annonce pour l'automne alors que le virus fait déjà des ravages en Polynésie. Il est temps pour les employeurs de prévoir la logistique nécessaire à la protection de ses salariés ou des agents publics.

Certaines administrations se précipitent au dernier moment pour acquérir les protections recommandées, à savoir les masques FFP2 dits "becs de canard", au motif que la stérilité de ces masques étant d'une durée relative, il convient de s'en doter juste avant la pandémie.

Or, les stocks de masques sont au plus bas, voir épuisés, et peu de fournisseurs sont en mesure de fournir ces masques rapidement.

Comment acheter dans ces conditions un matériel qu'il devient urgent de disposer ? Peut-on passer un marché public pour l'acquisition des masques, mais également des poubelles spécifiques et des gants ?

En théorie, bien évidemment la solution du marché public s'impose.

Mais à cette heure, lancer une procédure de consultation, même en MAPA, c'est prendre le risque d'avoir peu d'offres (pourquoi un fournisseur voudrait postuler alors qu'il est certain d'écouler ces stocks de gré à gré, rapidement et à prix fort ?), ou bien d'être livré bien après le début de la pandémie, ce qui ne sert pas à grand chose.

Avoir recours à l'UGAP ? Si vous consultez le site internet de l'UGAP, vous constatez que les stocks sont indisponibles, et qu'il est indiqué :

"Actuellement le marché économique des masques de protection respiratoire (et de masques chirurgicaux) traverse une période de déséquilibre marqué entre la demande, en forte croissance, et les capacités de production des industriels, limitées notamment par la pénurie de matière première.
Ce déséquilibre se traduit par un allongement des délais de livraison, ces derniers étant de surcroît frappés d'un fort coefficient d'incertitude."
Acheteurs, que faire ? Et bien, à "l'ancienne", établissez un bon vieux bon de commande et surtout dépêchez-vous de trouver une société capable de vous fournir un stock de masques, et ne soyez pas attentifs aux prix sinon vous rentrerez bredouilles (un euro le masque au minimum).

Aucun commentaire: